tsipras ue

Le gouvernement grec lance une procédure parlementaire pour l’adoption de nouvelles mesures d’austérité réclamées par l’Union Européenne et le Fonds Monétaire International. Sont programmées pour 2019 et 2020 de nouvelles hausses d’impôts, y compris pour les revenus à la limite du seuil de pauvreté, et des baisses des retraites, les quatorzièmes depuis le début de la crise.

« Environ 95 % des 220 milliards d’euros versés à la Grèce depuis le début de la crise financière sous forme de prêts dans le cadre du mécanisme de renflouement ont servi à renflouer les banques européennes. Ce qui signifie qu’environs 210 milliards d’euros ont atterri sur les comptes du secteur bancaire européen tandis que seulement 5 % ont garni les caisses de l’État, d’après une étude de l’European School of Management and Technology (ESMT) de Berlin.

« L’Europe et le FMI ont, durant ces dernières années, sauvé les banques et d’autres créditeurs privés, » conclut le rapport, publié hier dans le journal allemand Handelsblatt. Le directeur de l’ESMT, Jorg Rocholl, a déclaré au journal financier allemand que « les plans de sauvetage ont principalement sauvé les banques européennes ».

L’étude de cette école de commerce a déterminé que 86,9 milliards d’euros ont été utilisés pour rembourser d’anciennes dettes, 52,3 milliards pour le paiement des intérêts et 37,3 milliards pour la recapitalisation des banques grecques.

source: or, argent, ur

Informations développées,
analyses détaillées,
prises de position politiques,
suivi de l’action politique dans
La Tribune des travailleurs

ABONNEZ-VOUS


Vous pouvez aussi vous abonner par correspondance.
Toutes les formules d’abonnements sont ici

Cliquez sur le formulaire ci-dessus, imprimer la feuille, remplissez le bordereau et postez-le avec votre chèque.