Syrie: la dangereuse escalade entre les États-Unis, la Russie, l’Iran

 

Au moment où Trump provoque une confrontation militaire directe avec la Syrie (et, derrière elle, l’Iran) ; au moment où se généralise la marche à la guerre menaçant la paix dans le monde entier ; que disent-ils, tous les responsables des groupes élus hier à l’Assemblée nationale ? Que la guerre doit continuer d’une manière ou d’une autre*. Quiconque se réclame de la paix et de la démocratie, quiconque se réclame de la classe ouvrière devrait au contraire dire : il y a urgence à ouvrir la voie à la paix par le retrait de toutes les troupes françaises d’intervention à l’étranger.

Extrait du communiqué du BN du POID 19 Juin 2017

 

Revue de presse

Syrie: la dangereuse escalade entre les États-Unis, la Russie, l’Iran

Un avion syrien abattu par un chasseur américain, un missile lancé sur la Syrie depuis le territoire iranien. Moscou qui menace de cibler les avions de la coalition internationale. Faut-il craindre cette escalade?

L Express 19 JUIN

 

Syrie : l’armée russe considèrera « comme des cibles » tout avion de la coalition à l’ouest de l’Euphrate

Au lendemain de la destruction d’un appareil syrien par un avion américain, la Russie a annoncé que tous les avions de la coalition internationale menée par les États-Unis volant à l’ouest de l’Euphrate seront « considérés comme des cibles ».

L’armée russe a annoncé lundi 19 juin que tous les avions de la coalition internationale menée par les États-Unis volant à l’ouest de l’Euphrate « seront suivis » et « considérés comme des cibles » par la défense antiaérienne et l’aviation russes

France 24 19 JUIN

Syrie: combats inédits entre troupes du régime et pro-américaines

LE FIGARO18 JUIN

 

 

 

L’Iran affirme que les missiles tirés dimanche vers la Syrie ont détruit avec succès des positions du groupe Etat islamique. Téhéran a tiré pour la première fois depuis le début du conflit syrien des missiles de moyenne portée de son sol, en réponse aux attentats qui ont fait 18 morts le 7 juin dans la capitale. L’Iran a voulu «punir les terroristes» du groupe EI, mais aussi envoyer un message à ses ennemis

RFI 19 JUIN

EN IRAK ET EN SYRIE, LES OBUS AU PHOSPHORE DE LA COALITION INTERNATIONALE DANS LE VISEUR

images-de-bombardements-au-phosphore-blanc-sur-raqqa_5896703

CONFLIT – Alors que la reprise des villes de Raqqa (Syrie) et Mossoul (Irak) des mains de Daech est en cours, des critiques s’élèvent contre l’utilisation par la coalition internationale de l’usage d’obus au phosphore. Une arme légale mais aux effets terribles.

« Brûlures du second ou du troisième degré »

Un phosphore particulièrement néfaste sur le terrain. Et pour cause : ce produit « s’enflamme au contact de l’oxygène, et continue de brûler à une température pouvant atteindre 816 degrés », a détaillé HRW dans un précédent rapport. De son côté, le Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité (GRIP) a précisé que « cette substance brûle jusqu’à ce qu’elle disparaisse, en provoquant des brûlures du second ou du troisième degré (qui peuvent atteindre les os) sur toutes les parties exposées des personnes touchées par les particules ». Des dommages collatéraux mis de côté par les instances militaires, qui préfèrent vanter les mérites de cette arme incendiaire, utilisée pour le panache de fumée qu’elle dégage, pratique pour dissimuler des opérations. Les obus de phosphore permettent aussi d’illuminer un champ de bataille.

5941294bc36188db348b46a4

A la vue des images capturées le 8 juin par Raqqa Is Being Slaughtered Silently, un groupe d’activistes syriens, on devine les ravages que peuvent provoquer sur le terrain ces obus au phosphore. Surtout que, selon les Nations Unies, il reste environ 160.000 habitants à Raqqa. Interrogé à ce sujet, le colonel Ryan Dillon, porte-parole de la coalition, a préféré botter en touche à propos des « détails de l’utilisation de nos munitions ou de nos capacités (militaires) », précisant seulement que le phosphore blanc était utilisé « conformément au droit de la guerre ». Même réserve du côté des autorités françaises. Joint par LCI, le Quai d’Orsay a rappelé que « la protection des civils est une priorité constante de la France dans la conduite des opérations contre Daech. »

370fd3e_13706-1su8h9j.9yf9io1or

Plus que jamais ! A bas la guerre !

Retrait des troupes françaises !

Arrêt immédiat des bombardements !