Les résidents évacués

Certains ont été emmenés au milieu de la nuit, même pas habillés, avec personne pour les nettoyer. La situation est dramatique« ,

lorsque des restrictions ont concerné l’usage des gants, des draps et des serviettes. Ce vendredi 20 octobre, les  salariés se sont mis en grève, dénonçant une organisation du travail dégradée, notamment par le non remplacement des absences « qui épuise les salariés en effectif réduit« , des économies de moyens « à tout va » sur les gants, le linge, les blouses… considérant que la qualité et la sécurité des résidents était « directement impactée ».  La situation est devenue encore plus conflictuelle ce samedi, alors que des intérimaires avaient été dépêchés sur place « pour briser la grève« , dénonce la CGT. A tel point que l’intégralité des résidents ont dû être évacués ce samedi, après intervention de l’Agence régionale de santé (ARS).

« Mon fils de 40 ans, quadriplégique, a été emmené à l’hôpital de Villeneuve-Saint-Georges, et je suis très inquiète car lorsqu’il est hospitalisé, il revient systématiquement avec des escarres. Son état nécessite en effet qu’il soit manipulé tous les jours, ce qui n’est pas possible à l’hôpital. Et je crains que la situation ne soit encore pire pour les autres résidents, alors que les deux-tiers ont été abandonnés par leur famille. Beaucoup sont handicapés mentaux et ne comprennent pas ce qui leur arrive. Certains ont été emmenés au milieu de la nuit, même pas habillés, avec personne pour les nettoyer. La situation est dramatique« , témoigne Geneviève, parente d’un résident, pour qui le conflit pourrit depuis deux ans et qui reproche à la direction de l’Apajh de ne pas en avoir pris la mesure et d’avoir même eu une attitude « arrogante » au début du présent conflit.

Grève reconductible dans les Maisons d’accueil spécialisées de Bonneuil et Alfortville

 

Les revendications des personnels

 

On a porté nos revendications à savoir : une augmentation des effectifs, notamment la nuit où seuls deux veilleurs sont présents, et le versement d’un forfait de 1500 euros pour toutes les heures supplémentaires non-payées depuis le 1er janvier 2013«

 

En charge des soins et de l’accompagnement éducatif d’adultes polyhandicapés, les salariés de la MAS ont organisé une première grève le 17 mai à Bonneuil et le 19 mai à Alfortville. « On a porté nos revendications à savoir : une augmentation des effectifs, notamment la nuit où seuls deux veilleurs sont présents, et le versement d’un forfait de 1500 euros pour toutes les heures supplémentaires non-payées depuis le 1er janvier 2013« , explique Mimouna Dos Santos, représentante CGT à la MAS de Bonneuil.

« Nos 40 patients sont vieillissants, et ils demandent une attention de tous les instants, pour assurer la sécurité de tous et leur bonne prise en charge. Un soir, un patient a fait une fausse route très violente : les équipes n’étaient composées que de 5 personnes, dont une jeune en contrat professionnel« , insiste Céline Demarest, coordinatrice à la MAS. « On ne peut plus porter nos projets pédagogiques, faire des sorties avec les patients par exemple« , renchérit Adeline Levy, psychomotricienne à la MAS de Bonneuil.

Source image et texte 94citoyens