2 novembre 2017 – A Madrid, huit membres du gouvernement catalan destitué par le gouvernement de l’Etat espagnol, accusés d’avoir encouragé «un mouvement d’insurrection active » pour parvenir à la sécession ont été placés en détention provisoire. Ils risquent entre 25 et 30 ans de prison. A Barcelone, à l’appel de l’Assemblée nationale catalane (ANC) plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant le siège du gouvernement avec drapeaux indépendantistes et scandant « liberté » et « Puigdemont est notre président»