20 participants à la réunion du comité d’unité pour chasser Macron mardi 17 Octobre

Comité de Boissy

du Mouvement pour la rupture avec l’UE et la Vème république

20 participants à la réunion du

comité d’unité pour chasser Macron mardi 17 oct.

Prochaine réunion mardi 21 novembre 20h, salle de la Pinède

Philippe Lefèvre (PCF) et André Yon (POID) avaient pris l’initiative d’organiser une réunion autour de l’appel pour l’unité pour chasser le gouvernement Macron-Philippe (joint à ce compte-rendu). 59 signatures avaient été collectées à la date de la réunion.

La discussion, très riche est ouverte par les travailleurs de l’APOGEI 94 qui se sont mis en grève le 10 octobre, avec leur syndicat CGT (voir ci-après l’interview de Sonia, déléguée CGT) contre les suppressions de postes, le licenciement de 13 contrats aidés et l’annulation de leurs 18 jours de congés trimestriels (les employés des structures Domus de Boissy sont parmi les premiers frappés).

  • Nous savons que nous sommes victimes des lois Rebsamen et El Komhri et que les ordonnances Macron ouvrent un boulevard à notre direction.
  • Nous ne comprenons pas cette concurrence qu’ils ont établie avec l’Education nationale.
  • C’est nous qui avons les compétences, il faut nous écouter si on veut que cela marche.

Les travailleurs .de l’APOGEI-94 ont longuement, avec indignation et émotion, décrit leurs conditions de travail qui sont aussi les conditions de soins des patients-résidents.

Un militant leur pose alors la question : quels rapports établissez-vous entre votre situation et ce pour quoi nous sommes réunis ce soir ?

  • Ils veulent tout privatiser. Ils ont offert des marchés à des sociétés privées à des coûts bien trop élevés, tout ça pour des services inadaptés ou lamentables.
  • L’UE est loin, nous savons bien qu’elle impose l’austérité mais, pour nous, elle représente aussi des normes que nous voudrions bien voir respecter.
  • La Ve république est à bout de souffle. D’ailleurs, ici, nous sommes tous pour une 6ème république.

Un professeur des écoles, syndicaliste : dans mon école à Boissy, l’administration de l’Education nationale nous impose une bonne dizaine d’enfants qui relèvent de votre champ de travail à vous, c’est certain. Nous, nous n’avons pas les moyens de les prendre correctement en charge ; ces enfants sont en souffrance. Mais, attention aux beaux discours ! Derrière les normes qui disent, par exemple, que les bâtiments doivent être accessibles aux handicapés, qu’est- ce qu’on voit : on coupe les financements ! Tout ça sous couvert de services d’intérêt général substitués aux services publics, c’est ça l’UE !

  • Le mépris pour vos revendications présentées au CHSCT, sachez que nous rencontrons, nous, exactement le même, dans nos CHSCT. Il se trouve que j’y siège et que je pourrais vous citer bien des exemples. L’intérêt des enfants, ce n’est pas leur problème.

Un autre militant explique que l’UE veut en finir avec le modèle français de services publics. Pour lui, le mandat de Macron est de tout détruire en 5 ans, y compris en dégageant les conquêtes de la révolution française de 1789, le département, les communes…

  • Notre bureau de Poste, ils veulent le donner au privé. La gestion aberrante, dans le privé, on connait ça aussi. Dans le centre commercial de 9000 m2, ils n’ont gardé, tout compris, que 50 salariés !
  • L’école de la République n’en a plus que le nom ! Ce qui prime, c’est l’autonomie des établissements, chacun doit se débrouiller. Par exemple, dans mon collège, ils vont licencier les 2 CUI. Les collègues disent qu’ils ne pourront plus faire tourner la cuisine. La grève est mise à l’ordre du jour.
  • En proposant aux dirigeants des syndicats de co-construire ses contre-réformes, le gouvernement cherche à paralyser la classe ouvrière en la divisant. On ne peut accepter la concertation avec Macron et organiser le rapport des forces pour l’empêcher de tout détruire : Code du travail, Sécu, retraites, allocations de chômage, formation professionnelle…

Une participante hésite à signer l’Appel : « je suis pour l’Europe, pour la fraternité des peuples ». Un autre participant lui répond : « Je voulais développer cette question mais la discussion s’est orientée différemment. Nous y reviendrons. Ce qui est sûr, c’est que l’Europe que nous combattons, c’est celle des capitalistes, celles des banquiers, celle qui exige la destruction des services publics ». Finalement, l’ensemble des participants signent.

 

  • Décisions adoptées à l’issue de la réunion
  • Nouvelle réunion mardi 21 novembre, 20h

  • 4 inscrits à la délégation à la Conférence nationale des comités pour la rupture, dont 2 travailleurs de l’APOGEI94
  • Obtenir des dizaines de signatures supplémentaires
  • Proposition de travailler à un communiqué » PCF-POID de soutien aux grévistes à proposer à la FI et au PS (le maire)
  • Reprendre la campagne contre la fermeture du bureau de Poste de la rue de Paris
  • Envoi d’un compte-rendu de la réunion aux 59 signataires.

Compte-rendu mis au point, pour le comité de Boissy

par Philippe LEFEVRE (PCF) et André YON (POID)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s