Sans blague ?   Editorial de la Tribune des travailleurs du 13 décembre 2017

« Quand le budget de la santé diminue, la mortalité augmente. » Sans blague ?

C’est Le Figaro qui publie cette « découverte », précisant qu’entre 2012 et 2014 « les coupes de dépenses sociales et de santé » auraient entraîné « 45 000 décès supplémentaires par rapport au nombre de décès attendu » et même « une baisse de l’espérance de vie ».

Les chercheurs cités dans cet article évoquent, parmi les causes, « la baisse drastique du nombre d’infirmiers » et le renvoi « chez eux ou dans des foyers des patients ayant un mauvais pronostic vital ». Et de conclure à « la nécessité d’augmenter les fonds alloués aux systèmes médico-sociaux et de favoriser les embauches de personnels infirmiers, sans quoi 150 000 morts en excès pourraient survenir entre 2015 et 2020 ». Venant d’un quotidien qui, depuis des décennies, pourfend le prétendu déficit de la Sécurité sociale et exige la « réduction des dépenses de santé », un tel réquisitoire ne manque pas d’étonner.

Précision : c’est du système de santé… en Angleterre qu’il s’agit*.

Et en France ? La ministre de la Santé, Mme Buzyn, proclame que 30 % des dépenses de l’assurance maladie ne sont « pas pertinentes » et qu’elle veut « favoriser l’ambulatoire ». Dans les dix dernières années, 16 000 lits ont été supprimés dans les hôpitaux, 299 services de chirurgie, 90 centres d’IVG et plus de 60 % des maternités ont été fermés ; et à présent, des centaines de centres de protection maternelle et infantile et de centres municipaux de santé sont menacés.

Partout, s’applique la même logique mortifère de « réduction des déficits publics » dictée par les traités européens et appliquée par les gouvernements successifs !

Du désastre en cours de ce côté-ci de la Manche, nulle trace dans Le Figaro. Pas trace non plus des manifestations qui, dans toute la France, mobilisent la population, souvent avec les élus et les syndicats, contre la fermeture des hôpitaux. On n’y lira pas non plus ce cri d’indignation d’un infirmier interpellant Buzyn : « Faudrait-il supprimer un soin sur trois ? » ; ou cette protestation d’un chef de service hospitalier pour qui « les économies des ministres coûtent cher aux patients et à la Sécu ».

Après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en Ukraine, les autorités françaises et les médias à leur suite avaient proclamé que le nuage radioactif déferlant sur l’Europe « contournerait » la France. Trente ans plus tard, nouveau miracle : les conséquences désastreuses de la réduction des dépenses de santé ne franchissent pas la Manche…

Allons donc…

Il reste que les informations évoquées ici, ignorées par Le Figaro, ont toutes été publiées dans La Tribune des travailleursLe Figaro défend la politique du gouvernement qui détruit le système de santé. Cette Tribune des travailleurs est au service de la défense de la civilisation humaine dont la Sécurité sociale et le droit aux soins sont une composante essentielle. Une raison supplémentaire, s’il en fallait, pour s’abonner et se réabonner.

Le Figaro santé, 9 décembre.


logo-tt-sans-adresse-paypal dès le jeudi dans votre boîte à lettres.
Pour vous abonnez sans attendre,
choisissez la formule qui vous convient
et cliquez sur le bouton de votre choix.
C’est tout !

 

 

 

 

 


Informations développées,
analyses détaillées,
prises de position politiques,
suivi de l’action politique dans
La Tribune des travailleurs

ABONNEZ-VOUS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s