10 euros pour la presse ouvrière L’éditorial de la tribune des travailleurs Daniel Gluckstein 27 Juin 2019

Le gouvernement a beau repousser le calendrier de son adoption, la contre-réforme des retraites* inquiète en haut lieu. Le 24 juin, « l’expert social » patronal et ancien conseiller social de Sarkozy, Raymond Soubie, l’a dit à haute voix : « La réforme des retraites touche tout le monde. Cela peut paraître très risqué. » Le même jour, le quotidien capitaliste Les Échos débutait un article par ces mots : « La réforme des retraites est à ce stade la plus risquée pour le président. » 

C’est un fait : à condition de se donner les moyens de l’action efficace sur des mots d’ordre clairs – incluant la grève pour le retrait –, l’unité des travailleurs et des organisations peut mettre en échec le projet Macron-Delevoye. Ainsi serait balayé un plan qui veut condamner à la misère des millions de futurs retraités. Ainsi serait ouverte la voie à la contre-offensive ouvrière qui bloquera tous les plans du gouvernement.

« À condition de… » : tout est là.

À la veille des congés, un constat s’impose : depuis un an, les puissants mouvements de grève dans les hôpitaux et dans l’enseignement, dans les Finances publiques comme à La Poste, et dans bien d’autres secteurs encore, ont arraché quelques résultats partiels, mais n’ont pas permis d’imposer le retrait des contre-réformes. Cela principalement en raison de la division, sous toutes ses formes : participation des directions syndicales à la concertation* avec le gouvernement ; refus des mêmes d’appeler à la grève d’ensemble pour bloquer ses plans ; tentative de certains secteurs d’enchaîner l’action ouvrière revendicative à un mouvement des gilets jaunes sans caractère de classe et d’y dissoudre les syndicats ; multiplication de « collectifs » et autres « AG de lutte » autoproclamés sans mandat ni légitimité ; etc.

Et sur le plan politique, des partis de « gauche » et « insoumis » plus soumis que jamais au cadre institutionnel qui laisse à Macron – Monsieur 10 %* – les mains libres pour tout détruire.

En un mot : les obstacles n’ont pas manqué.

Mais il y a aussi ces milliers de manifestants à Belfort qui refusent qu’une population entière soit anéantie pour satisfaire aux appétits des spéculateurs ; et aussi dans les grèves, ces salariés attachés à imposer la démocratie ouvrière, celle des assemblées générales qui décident souverainement des revendications et des actions à mener et désignent leurs délégués chargés de les mettre en œuvre dans l’unité avec les syndicats. Et, en Algérie, ce mouvement de millions de femmes, d’hommes, de jeunes qui s’acharnent à exiger le respect de la volonté du peuple.

Il y a, plus que jamais, lutte entre les classes sociales*.

Dans cette lutte, La Tribune des travailleurs ne prétend à aucune neutralité. Résolument, systématiquement, elle est du côté des exploités et des opprimés et met ses colonnes au service de la lutte pour l’unité, pour gagner contre le gouvernement et les patrons.

Voilà à quoi contribuent les « 10 euros pour la presse ouvrière », le prix d’un abonnement d’été.

* 10 % des électeurs inscrits ont voté pour le parti de Macron lors des élections européennes.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s